Au Rwanda, les vélos électriques gagnent du terrain

Au Rwanda, les vélos électriques gagnent du terrain

Au Rwanda, les vélos électriques gagnent du terrain. La société GURA a été créée à Kigali avec une équipe possédant une expertise diversifiée et une passion pour la fourniture de solutions électroniques au secteur de la mobilité.

GURA dispose de vélos et scooters électriques. Une  application mobile  a été mise à la disposition des utilisateurs. Le vélo en question utilise  de l’électricité pour rouler avec moins d’efforts. Il dispose d’une batterie rechargeable utilisant des panneaux solaires installés dans les stations d’accueil. Il peut parcourir 150 km en un seul trajet sans s’arrêter.

«Si vous regardez autour de vous, vous remarquerez que le Rwanda a commencé à aménager des pistes cyclables et à s’aligner sur la vision pour une mobilité électronique intelligente et verte dans le pays. Nous avons constaté que le Rwanda était le pays le plus prêt à démarrer en Afrique», a déclaré Ike Erhabor, Président de GURA.

Le vélo électrique ne se vend pas.  Avec l’application mobile, l’utilisateur  localise la station d’accueil à proximité, car elle est également équipée d’un GPS. L’utilisateur doit avoir une carte GURA Go auprès de nombreux agents disponibles dans différentes villes qui disposeront d’un montant suffisant pour pouvoir déverrouiller le vélo.

Le vélo électrique participe à la réduction des embouteillages dans les grandes villes. Il ne pas d’empreinte carbone et continue de rouler plus vite. C’est une solution adaptée pour le secteur des transports.

GURA cible les grandes communautés, telles que les universités et les domaines, en encourageant l’utilisation de scooters pour faciliter la mobilité sur les campus, à commencer par l’Université du Rwanda dans la branche de la province du sud. Des observateurs de l’écosystème s’attendent à ce que d’autres pays africains puissent emboiter le pas au Rwanda dans des projets de ce genre.

Le secteur des transports représente environ 23% des émissions mondiales de dioxyde de carbone, selon les statistiques de l’OMS. Ces émissions proviennent principalement de voitures utilisant des combustibles fossiles.

 

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *