Musique en ligne: Baziks suit les traces de Deezer

Musique en ligne: Baziks suit les traces de Deezer

Le 24 avril 2016, quand la star congolaise Papa Wemba mourait sur scène à Abidjan, aucune  plateforme de musique en ligne n’est revenue sur sa carrière ni proposé des playlists à ses fans. Un triste constat à partir duquel Baya Ciamala a réalisé que la musique congolaise était peu représentée sur les grandes applications de streaming comme Deezer ou encore Spotify.

Cet animateur radio de Kinshasa a alors eu idée de lancer une plate-forme musicale. Le projet concocté avec minutie verra le jour en 2017. Au départ, Baya Ciamala visait toute l’Afrique avec pour principale cible les artistes indépendants ou autoproduits. Finalement, Baziks s’inspirera plus du modèle de Deezer et se focalisera sur la République démocratique du Congo (RDC), « au moins pour l’instant », assure le concepteur.

Disponible depuis quelque temps sous Android, le système d’exploitation de Google et accessible depuis les navigateurs internet, l’application offre plus de trois cents artistes, soit mille cinq cents heures de musique et compte déjà plus de dix mille abonnés actifs.

Pour début 2019, Baya Ciamala se prépare à aborder la phase de commercialisation de son application. Baziks présentera alors des abonnements mensuels de 3 à 4 dollars. « Les gens payeront leur abonnement s’ils le souhaitent ou sinon ce seront les annonceurs qui permettront au public de consommer de la musique. De la rumba traditionnelle aux jeunes talents de l’afro-urban, tous les rythmes seront les bienvenus sur Baziks », précise l’entrepreneur.

Seul bémol: la capacité de ses serveurs est encore limitée. La start-up va lancer à cet effet une campagne de financement participatif pour composer une base d’abonnés payants et, avec les montants levés, résoudre les derniers dysfonctionnements techniques du site internet et de l’application. L’entrepreneur a également signé un partenariat avec la « Société congolaise des droits d’auteurs », dont il a désormais accès au répertoire.

Rappelons que la plate-forme française Deezer dont Baziks s’est inspirée a été lancée en 2006. Elle compte environ seize millions d’abonnés dans cent quatre-vingts pays et un catalogue de cinquante-trois millions de morceaux.

 

AHLIN ACCROBESSI

Related Post

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *