MTN et Orange veulent révolutionner le Mobile Money en Afrique de l’Ouest

MTN et Orange veulent révolutionner le Mobile Money en Afrique de l’Ouest

Les groupes télécoms Orange et MTN désirent fusionner leurs énergies pour rendre interopérables les transferts d’argent par Mobile Money dans la sous-région. Pour ce faire, ils ont sollicité, auprès de la Commission de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (UEMOA), un accord pour la mise en place de la coentreprise de droits ivoiriens, baptisée « JVCO Mowali », qui s’occupera de ce volet.

L’interopérabilité des services Mobile Money s’explique par le fait que les abonnés des deux entreprises pourront envoyer de l’argent et acheter des services sans limitation sur la plateforme de l’autre, et ceci dans tous les pays ouest-africains. Cette solution qui est déjà tangible au niveau national dans quelques pays d’Afrique, surtout le Rwanda, Madagascar ou encore la Tanzanie, a été à l’origine d’une élévation du volume des transactions financières.

Suivant le règlement UEMOA du 23 mai 2002 lié aux procédures applicables aux ententes et abus de position dominante à l’intérieur de l’UEMOA, la Commission a demandé aux entreprises, aux régulateurs télécoms des différents marchés et aux Etats d’Afrique de l’Ouest de lui faire parvenir leur avis sur ledit projet dans un délai de trente jours.

À terme, l’objectif des deux opérateurs est d’ouvrir cette entreprise commune à d’autres acteurs du secteur, afin que le mobile money devienne un système de paiement universel en Afrique. L’interopérabilité immédiate de leurs services de paiement mobile concernera directement les 22 marchés africains où ces groupes sont présents et où ils totalisent plus de 100 millions de comptes clients, selon un rapport.

JVCO Mowali  fonctionnera comme une société de services, ouverte à tout fournisseur de mobile money, en Afrique, y compris les banques, les opérateurs de transfert d’argent et les autres fournisseurs de services financiers. En fin de compte, cette co-entreprise pourra accroître « l’usage des prestations de mobile money, auprès des utilisateurs et des commerçants », en permettant « le libre déplacement des flux de mobile money entre les comptes, quels que soient le pays et l’opérateur ».

 

crédit photo : Lemobileaukmer

 

AHLIN ACCROBESSI

Related Post

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!