Africa Civic Tech Festival : Renforcer la  démocratie par la technologie

Africa Civic Tech Festival : Renforcer la démocratie par la technologie

La première édition du Civic Tech Festival s’est déroulée la semaine dernière dans les locaux de Jokkolabs (une organisation indépendante à but non lucratif axée sur l’innovation pour la société) à Dakar. L’événement a regroupé différents acteurs formant la communauté Civic Tech. Ce concept également connu sous le nom de « technologie civique », se définit comme l’ensemble des procédés et outils ayant pour but  de réformer le système politique.

Cette première édition s’est déroulée conjointement dans 7 autres villes africaines (Abidjan, Bamako, Casablanca, Cotonou, Dakar, Douala, Ouagadougou) autour de conférences et de discussions. Les participants ont échangé sur leurs expériences et leurs attentes de même que sur les différentes dynamiques pouvant participer à l’amélioration de la vie quotidienne des citoyens et des communautés.

Chacune de ces réflexions communautaires a servi à sensibiliser au développement de communautés apprenantes qui ont pour but de former, de soutenir et d’encourager les entrepreneurs engagés pour une citoyenneté durable en les reliant aux autres parties prenantes, présentes ou futures, du domaine.

Durant ce rendez-vous de Dakar, Mme Cléa Kahn Sriber, Directrice adjointe pour l’Afrique à canal France internationale (CFI), a présenté un exposé basé sur une étude « Civic Tech » de quatre pays, à savoir le Sénégal, le Bénin, le Kenya et la Tunisie. Dans ce rapport, il est précisé qu’au Sénégal, il n’y a pas de cadre législatif particulier lié aux projets Civic Tech.

L’étude a toutefois montré que le pays a pu déployer des initiatives pionnières car la capitale Dakar jouit depuis le début des années 2000, d’une situation privilégiée en termes de connexion internet en Afrique de l’Ouest.

Le rapport a aussi rappelé qu’en 2012, un groupe de blogueurs sénégalais, conduit par Cheikh Fall, lançait #Sunu2012#, une plateforme de suivi de la campagne électorale et des opérations de vote. Elle a permis un monitoring citoyen du processus électoral, dont les rapports ont été repris en temps réel par des médias nationaux et internationaux.

 

Crédit photo : numerique et quartier

 

AHLIN ACCROBESSI

Related Post

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!