La Blockchain peut contrer les fake news

La Blockchain peut contrer les fake news

La technologie de la Blockchain peut aider à détecter et réduire la propagation des fake news. C’est en substance l’affirmation d’Olivier Bringer, Chef d’unité adjoint et par intérim à la Commission européenne en charge de l’initiative Next Generation Internet (NGI) et de la politique de gouvernance de l’internet.

Ce spécialiste en cybersécurité a fait part de comment il estime que les fausses nouvelles qui se propagent très rapidement peuvent s’estomper. Il pense que la technologie de la blockchain, celle-là même qui se cache derrière les monnaies électroniques peut jouer un rôle important dans l’éradication des fausses nouvelles.

« Blockchain permet en effet de tracer les transactions et d’identifier une chaîne de propagation de l’information. On sera capable à l’avenir de repérer la ou les personnes à l’origine de l’information : un journaliste ou un activiste proche d’un centre d’influence. L’intelligence artificielle permettra aussi de recouper et de retrouver une information transformée. Mais je ne crois pas que la solution soit uniquement technique, il faudrait également travailler sur l’humain et notamment éduquer les gens aux médias », a-t-il affirmé dans une interview accordée à nos confrères de Tunisie Presse.

Il faut dire que les fake news ont le vent en poupe sur Internet. Tout le monde ou presque est susceptible de tomber dans les panneaux et il faut un certain recul pour se retrouver. Il est important de toujours penser à vérifier les informations quel que soient les sources de provenance et le niveau de confiance que le public peut leur accorder.

Parmi les potentielles solutions pour réguler sa propagation, il y  a des acteurs comme Olivier Bringer qui suggère un travail à visage humain. Ce qui suppose que les producteurs d’information doivent prendre conscience de leurs rôles pour ne donner que des nouvelles vraies.

« On a mis le printemps dernier autour d’une table les différents acteurs, les intervenants des médias sociaux, les publicitaires en ligne… pour essayer de trouver des solutions ensemble et dire voilà la stratégie pour éviter la propagation des informations fausses et pour bloquer certains comptes. La seconde est d’ordre technologique », a-t-il expliqué.

Related Post

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!