YouTube investit 20 millions de dollars dans la formation en ligne

YouTube investit 20 millions de dollars dans la formation en ligne

La filiale vidéo de Google va soutenir la création de contenus éducatifs en investissant 20 millions de dollars.  YouTube se considère comme « la solution par défaut pour la connaissance » et a décidé d’investir cette importante somme pour soutenir le programme « YouTube Learning ». Attestation de la force de l’engagement, c’est la propriétaire de la maison, Suzanne Wojciki qui a annoncé cette opération par un billet de blog.

Depuis plusieurs années, on remarque sur la plateforme des contenus de formation qu’il s’agisse de réparer sa moto, de combattre la timidité, de s’exprimer en public ou de participer à un cours en ligne. Les 20 millions vont permettre de  soutenir les créateurs et les organisations spécialisées qui créent du contenu éducatif de qualité à l’instar de la chaîne réputée Ted-Ed.

Le but de YouTube est donc d’accompagner les internautes à retrouver plus facilement des vidéos de qualité dans le domaine de l’enseignement, qu’il s’agisse des tutoriels, ou des playlists pour améliorer des compétences », indique le communiqué de la maison. La plateforme de vidéos indique ainsi collaborer avec OpenClassrooms, une start-up française qui offre des cours en ligne.

Cette annonce intervient dans une situation où les Edtech (les technologies au service de l’éducation) sont présentées comme un marché potentiellement rentable. Une étude effectuée par Deloitte l’estime dans une fourchette de 115 à 156 millions d’euros d’ici à 2022. L’annonce de YouTube arrive à un moment particulier où l’entreprise s’insurge contre le plan de la Commission européenne de réforme du droit d’auteur en  appelant les contributeurs à exprimer leur appui.

L’annonce intervient également au moment où les gouvernements de l’Union européenne tentent de trouver une solution à la délicate question de la fiscalité des géants du Net. En mettant en avant son rôle instructeur, YouTube rappelle qu’elle n’est pas une « machine sans cœur » mais qu’elle remplit des devoirs de service public.

Ahlin ACCROBESSI

Related Post

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!