Blockchain et  cryptomonnaies, tout savoir sur la rencontre de Tech en Afrique

Blockchain et  cryptomonnaies, tout savoir sur la rencontre de Tech en Afrique

Les technologies de la Blockchain et des cryptomonnaies ont été au menu de la rencontre initiée par Tech en Afrique et ses partenaires. Comme annoncée deux mois plus tôt, elle a eu lieu samedi 13 octobre à l’Institut Supérieur Global Success de Lomé.

Une idée, une équipe, une concrétisation. C’est fait devra-t-on dire avec fierté. L’une de ces rares rencontres tournant autour de la Blockchain et des cryptomonnaies est rentrée dans l’histoire de l’équipe et celle des partenaires.

Un public cosmopolite de journalistes, d’entrepreneurs, d’étudiants et de chefs d’entreprise ont passé près de deux heures de temps à remuer ces nouvelles  thématiques dans tous  les sens. Cette gymnastique intellectuelle, ce rendez-vous du donner et du recevoir a été possible grâce à la disponibilité des panélistes.

Des panélistes de renom

 

Des panélistes de renom se sont rendus disponibles pour parler tôt de ces technologies qui pourraient peu ou prou bouleverser notre manière de voir le monde. Afrikanus Kofi, journaliste à la base et spécialiste des cryptomonnaies et de la Blockchain s’est entretenu avec les participants en mettant l’accent sur comment les monnaies électroniques pouvaient faciliter les transactions. Selon ses explications, des commerçants peuvent par exemple faire des transactions à travers ses moyens et se faire livrer des marchandises en toute confiance.

De son côté, Crépin Sondou du Togo n’a pas manqué de mettre en exergue son parcours de vendeur de bitcoin et de trader. Il est allé dans un style on ne peut plus accrocheur dans les moindres détails concernant l’engouement qu’il y a autour des cryptomonnaies surtout dans le monde, dans la sous-région et au Togo.

Faut-il bannir les crypto ?

 

« Non, il faut les réguler », a répondu Afrikanus Kofi à un intervenant. Même si le Togo sinon la plupart des pays africains sont réticents, il faut comprendre que la régulation est l’une des meilleures solutions. Dans un pays comme le Togo où aucun cadre législatif n’est pour le moment à l’ordre du jour, il y a juste du chemin à faire contrairement à l’Afrique du sud où «  même des banques acceptent les cryptomonnaies » à s’en fier aux propos de Kofi.

 

Premier réseau Blockchain du Togo

 

Le premier réseau Blockchain du Togo a été lancé comme prévu Wesley Koudossou, celui-là même qui le pilote actuellement. Ce réseau se veut une force de proposition en matière de cryptomonnaies et d’implémentation de solution Blockchain au Togo. Cela revient à dire qu’en cas de création de cadre législatif (à l’avenir,ndlr) , il travaillera avec qui de droit pour augmenter la productivité des entreprises locales.

L’initiative de Tech en Afrique de constituer le premier réseau de Blockchain au Togo n’a rien de hasardeux. Dans un pays où le sujet ne fait pas encore débat, il est plus que jamais utile de prendre le risque de l’aborder. Le souhait est de ne pas faire du Togo, le dernier en matière d’appropriation de ces technologies sur le continent.

Le Togo Blockchain Network veut donc  travailler à la vulgarisation de la Blockchain et des cryptomonnaies en général au Togo, constituer un lieu de réflexion, de partage d’expérience et de fédération des énergies du domaine, se mettre en réseau avec d’autres startups et associations intervenant dans la Blockchain tant en Afrique que dans le monde, identifier et accompagner les potentielles entreprises, institutions, qui voudraient expérimenter ou en savoir plus sur ces technologies, et le reste.

La balle est en l’air. Quid aux Togolais de savoir quoi en faire.

Related Post

error: Content is protected !!