Algérie : Les services de police doivent s’adapter au numérique (Interpol)

Algérie : Les services de police doivent s’adapter au numérique (Interpol)

En Algérie, Interpol a  relevé la nécessité pour les services de police de s’adapter aux nouvelles technologies. Cet appel a été lancé lundi par le secrétaire général de l’Organisation internationale de la police criminelle (Interpol), Jürguen Stock. Le développement des technologies a fait naître d’autres subterfuges qui donnent à leurs tours du fil à retordre aux services de police spécialement les départements en charge de la cybercriminalité.

Lundi à Alger, l’urgence pour les services de police d’ancrer le numérique au sein de leurs services a été un des points saillants de l’ouverture des travaux la deuxième Assemblée générale du mécanisme de coopération policière africaine (Afripol). Les responsables de différentes représentations d’Interpol ont aussi souligné l’importance de ne point laisser de côté les nouvelles technologies.

Avec le développement des réseaux d’arnaqueurs passant leurs journées sur les réseaux sociaux, il y a de quoi s’inquiéter. Interpol et ses services connexes comptent ainsi prêter une oreille attentive aux plaintes relatives à la cybercriminalité dont les frontières sont aussi larges qu’incommensurables.

L’organe mère a mis l’accent sur «une efficacité dans la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes et faire face aux défis sécuritaires et menaces». Elle exhorte ainsi à «moderniser les services de sécurité à travers la mise en place d’un système numérique, notamment un système de communication et d’information».

Les services de police surtout celles africaines sont les premiers concernés d’après Interpol. Ils sont invités à prendre le train de la révolution numérique en marche en mettant en plus des infrastructures et des matériels sophistiqués pouvant les aider à traquer les individus dont les individus dont les intentions seraient mauvais. «Les polices doivent se mettre au diapason de la modernisation pour faire face efficacement au développement des réseaux criminels », apprend-on.

Dans le même temps, les organisations sécuritaires et policières, notamment entre Interpol, Afripol et Eurepol, sont encouragées à créer un système de communication entre elles pour une action plus concertée.

Related Post

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!