Le Camerounais Arthur Zang émet une carte de paiement électronique

Le Camerounais Arthur Zang émet une carte de paiement électronique

Nouvelle illustration positive de l’ingénieur camerounais Arthur Zang. L’inventeur du Cardiopad, première tablette médicale africaine, a signé le 17 septembre dernier à Yaoundé, une convention de partenariat avec la Campost, l’entreprise postale publique du Cameroun, en vue de l’exploitation de la Zcard, une carte à puce permettant d’effectuer des paiements grâce à des terminaux électroniques.

Ce partenariat consacre ainsi le lancement officiel de la Zcard, projet qu’Arthur Zang raffinait depuis 2016, à travers la Zng Smart Card Factory. Une entreprise grâce à laquelle l’ingénieur entend créer 150 emplois directs. Pour le ministère des Postes et Télécommunications, dont le chef de département a présidé la cérémonie, le partenariat entre l’entreprise postale publique et la Zng Smart Card Factory se situe dans le cadre du souhait  du Président camerounais Paul Biya de soutenir les initiatives des jeunes dans le numérique, ainsi que des mesures engagées par le gouvernement, pour moderniser la poste camerounaise.

Né à Mbankomo le 26 novembre 1987, Arthur Zang est un ingénieur et informaticien puis PDG de Himore Medical équipements. En 2004, il obtient une licence d’informatique à l’université de Yaoundé. Il fera ensuite des études d’informatique à l’école nationale supérieure polytechnique et obtient un diplôme d’ingénieur en informatique, conception et génie logiciel en 2010. C’est au cours d’un stage d’étude en service de cardiologie, qu’il a eu l’idée de créer un logiciel pouvant reproduire sur une tablette informatique un électrocardiogramme, dans le but de le rendre accessible, via internet, à un cardiologue capable de l’analyser à distance.

Arthur Zang obtiendra plusieurs bourses par la suite pour mettre en œuvre ce logiciel diffusé sous le nom de « CardioPad », notamment d’institutions internationales ou du président camerounais, et il fait aussi appel à des financements participatifs, qui lui ont permis de lancer la fabrication de ces tablettes.

Les pièces servant à la fabrication des 300 premiers Cardiopad provenaient de la Chine. Afin de transporter ces composants électroniques de l’Empire du Milieu jusqu’au port de Douala, sa start-up Himore Medical a bénéficié d’une exonération des droits de douane concédée par le gouvernement camerounais.

 

Crédit photo : Cultureebene

Related Post

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!