Le Kenya réussit le test de son drone à passagers

Le Kenya réussit le test de son drone à passagers

Un drone à passagers, une première en Afrique. Au Kenya, c’est l’obsession de l’ingénieur électricien Morris Mbetsa qui a construit le premier drone de passagers. Il a fait décoller son prototype et la réussite du test reconforte plus d’un.

Une vidéo réalisée par Kenya Citizen TV montre l’ingénieur et ses équipes entrain d’effectuer les tests pour ce drone. Morris Mbetsa et son équipe d’ingénieurs ont expliqué le fonctionnement des différents composants du drone, tels que les contrôleurs électroniques de vitesse (ESC), les moteurs en aluminium et acier sur mesure, les logiciels de vol, les hélices en carbone et les batteries. Le drone peut pour le moment être piloté de manière autonome, manuellement avec un joystick (manette de commande des jeux vidéo d’action, ndlr) ou à distance.

 

Première en Afrique mais pas au monde

 

Le drone à passagers n’est pas le premier au monde. Son inventeur explique d’ailleurs s’être inspiré de Uber et Volocopter. Cette dernière est une startup allemande misant sur les taxis volant pour faciliter le transport urbain dans les villes à l’avenir. Son ambition est de parvenir à transporter 100 000 personnes en 1 h dans les 10 prochaines années. Les tests de Uber et Volocopter se font entre les Etats-Unis et les Emirats Arabes Unis.

Pour Morris, il lui revient de prendre le train en marche en prouvant au monde que l’Afrique est aussi avoir ses propres drones-taxi,  ces inventions du futur. Quoi qu’on dise, le premier test s’est révélé être un véritable succès qui a donné du sourire à Morris. « Tout est parfait. Je suppose, il est temps », a-t-il lâché.

Quant à l’avenir, il ose espérer que ses drones soient utilisés pour transporter des touristes au-dessus et autour de Nairobi. Ils pourraient éventuellement être utiles dans des missions de recherche et de sauvetage. De même, l’inventeur souhaite aussi le vulgariser avec une application mobile à la manière de Uber. L’idée est là, les ambitions aussi, il ne reste plus que l’accompagnement nécessaire.

 

Crédit photo : DR

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!