Le Bénin (aussi) taxe internet

Le Bénin (aussi) taxe internet

Le virus des taxes sur Internet commence par faire rage en Afrique de l’ouest. Après l’Ouganda et la Zambie, le Bénin aussi compte percevoir des taxes sur les forfaits internet des internautes. C’est ce qu’a décidé le gouvernement béninois. Désormais pour 1 Mo (méga octet) acheté, vous devez payer une taxe additionnelle de 5 F à L’Etat. Des dents grincent déjà.

Le Bénin est-il entrain de copier les exemples tant critiqués des pays comme la Zambie ? C’est sans doute ce qui ressort de la décision du gouvernement de percevoir des taxes sur les forfaits internet. Elle est même déjà mise en œuvre.  Cette volonté qui essuie les critiques les plus acerbes est issue du  décret N°2018-341 du 25 juillet 2018 portant introduction d’une contribution sur la consommation des services de communication électronique fournis par les réseaux ouverts et publics en République du Bénin.

Ceci dit, il a été décidé que les fournisseurs d’accès internet et les opérateurs fassent rentrer les contributions perçues dans les caisses de l’Etat au plus tard le 10 de chaque mois. Il faut noter que les utilisateurs sont contraints de payer  5% du prix hors taxe du service (voix, SMS et internet),  et 5 F hors taxe dans le cas de l’accès à internet utilisé pour fournir un service par contournement (plateforme OTT) ou plateforme de réseau social. Décidément, les fournisseurs et opérateurs sont mis en garde contre tout retard. Cela pourrait être sanctionné par des pénalités de 10 %.

Au Bénin, les utilisateurs font déjà face à une TVA de 18 % sur les communications électroniques. Cette taxe considérée comme lourde est désormais portée à 23 %.

Des critiques

Cette décision est abondamment commentée sur les réseaux sociaux. Des activistes ne manquent pas de faire des publications pour critiquer et dénoncer l’appauvrissement de la population béninoise à travers la multiplication des taxes. Certains vont jusqu’à se demander si l’ambition longtemps affichée de faire du Bénin, un pays avancé en matière de technologie. « Juste incroyable en plein 2018. Nous sommes déjà suicidaire de vouloir tenir une économie numérique malgré les difficultés au Bénin donc si on en rajoute, on pousse simplement les talents vers les autres pays de la sous-région. Il ne faut pas oublier que les talents numériques sont les premiers à partir du moment où Internet est indisponible sur leur lieu d’accueil », a commenté visiblement sous l’effet de la colère un internaute. Le gouvernement qui dit vouloir promouvoir les nouvelles technologies ne se contredit-il pas ?

 

L’avis d’un entrepreneur

 

« Cette mesure rend un peu plus corsée l’accès à internet pour le grand public et pour les entreprises. La conséquence directe en est que le nombre déjà très faible de personnes utilisant des services internet va s’amoindrir ce qui rend un peu plus difficile la tâche des TPE proposant du service via des applications mobiles par exemple », avance Oladjide Hilarian Salako, jeune entrepreneur et manager de  AS Pharm.

Il poursuit : «  De l’autre côté, whatsapp, Facebook permettent à pas mal de petites entreprises de communiquer à l’international ou même au niveau national à moindre coût. Ce décret augmente donc les coûts d’exploitation de ce type de société. Les mesures en règle générale devraient faciliter la tâche aux entreprises et leur permettre de grandir, et pas le contraire ».

Related Post

2 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!