Cameroun : Aimé Raymond Ngangue, handicapé mais entrepreneur

Cameroun : Aimé Raymond Ngangue, handicapé mais entrepreneur

Son handicap n’est pas un frein pour lui. Aimé Raymond Ngangue a tout simplement choisi de faire la différence. Entrepreneur et fondateur de l’association pour le développement de l’entrepreneuriat des personnes handicapées (Adephan), il mène beaucoup d’initiatives pour aider ses pairs à avoir confiance en eux.

Raymond est un travailleur, un combattant hors pair. Pas besoin de se muter en psychologue pour le deviner. De jour comme de nuit, il prend des initiatives surtout pour ces pairs (les personnes en situation de handicap, ndlr). Ces dernières plus souvent souffrent de marginalisation et la plupart des sociétés les réduisent au silence et dans un état piteux. Evidence !

Pour Raymond, seul le travail et la détermination comptent dans cette vie qui est tout sauf facile. Créer son association devient pour ce jeune entrepreneur, un moyen de faire face aux multiples difficultés que rencontrent les handicapés. « Au Cameroun et en Afrique, les personnes vivant avec un handicap se plaignent de leur discrimination négative. Malgré des mesures visant leur insertion, plus de 80% d’entre elles sont sans emploi, dans la débrouillardise et l’itinérance des métiers », affirme Raymond. Adephan son association se veut un cadre pour optimiser et valoriser les compétences des personnes handicapées.

 

Il y a un début…

Les débuts Aimé Raymond Ngangue ont été difficiles. A 1 an à peine, il souffrait déjà d’une polio malgré les vaccins  qui lui ont été administrés. En ce temps, le verdict des médecins tomba. L’enfant ne pouvait pas marcher sans béquilles. Ainsi, aller à l’école était devenu « un gros challenge » surtout que les méthodes d’accueil étaient loin d’êtres adaptées.

« Mais une fois le palier de l’école franchi, j’ai commencé à évoluer jusqu’à la licence en sociologie économique. Avec mes camarades au début, c’était l’hésitation. Certains m’évitaient de peur de me faire mal mais quand ils se rendaient compte que j’étais solide, on devenait de bons amis. J’ai eu de bons amis à l’école et beaucoup me disent aujourd’hui que je suis même un modèle pour eux », nous confie Raymond.

Aimé Raymond après une formation

 Un impact considérable avec Adephan

Quand le travail est bon, son impact va au-delà de l’atlantique ! Avec Adephan, les programmes de formations se comptent indéfiniment. En 2015, lTUBE PH (Tous Unis Pour Bâtir l’Entrepreneuriat des personnes handicapées) a donné le ton à ses actions. Près de 100 personnes socialement vulnérables ont été touchées dans localité de Douala. Par après a vu le jour un autre programme baptisé « Improve skills », pour le renforcement de capacités des personnes vivant avec un handicap.  « Nous avons aussi le handi best business qui est en cours de maturation pour primer les initiatives et le handi café qui est une plateforme d’échange avec les entreprises », souligne Raymond avant de préciser être entrain de travailler avec des personnes  vivant avec un  handicap sur l’agriculture hors sol.

 

« Le handicap est un atout »

La mentalité avec laquelle évolue ce jeune entrepreneur laisse sans voix. Il veut tout simplement voir des opportunités là où tout le monde ne voit que du noir, des échecs.  « Le handicap est un atout. La nature nous a offert ce challenge parce que nous sommes plus forts au fond. C’est le regard de la société, l’attitude dévalorisante qui nous fragilise tellement. Je sais pertinemment que beaucoup reste à faire mais nous devons nous surpasser. Il y a des personnes vivant avec un handicap qui sont très célèbres et qui réussissent », se motive-t-il.

Aimé Raymond Ngangue met un peu de philosophie dans ses propos. Il nage dans un bain de motivation constante et ses propos ne font que confirmer. « Le plus gros handicap est d’avoir le mental bas et se décourager. Acceptons notre corps, notre physique comme un don de la nature et faisons avec lui. La rose a des épines, le lotus pousse dans la boue, donc avec notre handicap on peut faire l’extraordinaire aussi », conclut-il.

Related Post

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!