Zambie : Les administrateurs de groupes whatsApp sommés de s’enregistrer

Zambie : Les administrateurs de groupes whatsApp sommés de s’enregistrer

Les dérives sur les réseaux sociaux vont bon train. Les restrictions s’en suivent aussi. L’Autorité zambienne des technologies de l’information et de la communication (ZICTA) passe à l’offensive en obligeant les administrateurs de groupes whatsApp à s’enregistrer. Ces derniers doivent élaborer un code de bonne conduite et le soumettre aux membres de leurs groupes.

On ne le dira jamais assez. Les réseaux sociaux commencent par menacer la quiétude et la sérénité des populations du fait de la viralité des fausses informations. La Zambie est entrain de prendre ses responsabilités. Le directeur général de l’organe de régulation des TIC et télécoms, Mofyta Chisala a annoncé  qu’une loi – actuellement en élaboration-  va obliger tous les  administrateurs de groupes WhatsApp  à s’enregistrer.

Au-delà, ils devront aussi élaborer un code d’éthique ou de conduite à soumettre aux membres.  Avec cette dynamique, il paraît plus aisé de savoir qui épingler en cas de dérives. Les administrateurs, lorsqu’il y a une faute grave, devront répondre de cela devant les juridictions compétentes du pays. Une nouvelle manière de mettre de l’ordre dans la gestion et la publication des informations surtout celles à caractères sensibles sur internet.

Comme de coutume, cette loi suscite du tollé. Tout le monde n’est pas content. Pour le chef de l’opposition politique zambienne, Mike Mulongoti,  cette idée du gouvernement n’est que « perte de temps » et signe de lassitude.   « Qu’est-ce qu’ils veulent cacher ? Nous verrons s’ils veulent ou non dissimuler quelque chose », se demande-t-il. Et de poursuivre : « C’est la conduite d’un régime qui est désespéré. Nous vivons dans un monde où tout est géré par la technologie et Internet sous quelque forme que ce soit ». Pour certains défenseurs de la liberté d’expression, cette décision viole «  leurs libertés constitutionnelles ».

Il s’agit pour le gouvernement de mettre un terme aux messages haineux, appelant à la révolte, au désordre, au crime souvent qui circulent à longueur de journée dans les groupes WhatsApp.

Il y a quelques jours, c’était les autorités ougandaises qui  annonçaient de leurs côtés qu’elles factureront tous les utilisateurs de WhatsApp à hauteur de 25 Francs CFA par jour.

 

Related Post

2 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *