Hult Prize Haïti : le jeune ingenieur Edrice Loui nous livre ses impressions avant la grande finale.

Hult Prize Haïti : le jeune ingenieur Edrice Loui nous livre ses impressions avant la grande finale.

Organisé pour la première fois en Haïti, Hult Prize est la plus grande compétition d’entrepreneuriat social qui rassemble les étudiants les plus brillants des universités  du monde entier en vue de penser, d’innover et ainsi trouver des solutions aux problèmes cruciaux auxquels le monde fait face. En vue de déterminer l’équipe qui représentera le pays à ce grand concours mondial dont la dernière phase se tiendra au siège social de l’ONU à New-York, une finale sera tenue ce 5 mai entre 20 équipes de jeunes universitaires dans l’un des grands  hôtels  de la capitale haïtienne. C’est en ce sens que nous avons rencontré l’ingénieur Edrice Louis, l’un des participants à cette finale. Interview.

 

 

Techenafrique (T.A): Faites-nous une brève présentation  du concours Hult Prize, sa philosophie, son histoire et son début en Haïti.

 

Edrice Louis(E.L) : D’abord,  je suis Edrice Louis, étudiant en Sciences informatiques, Co founder de CITHADD et Developpeur de Ma prefac, Cithadd Messenger et du premier navigateur mobile haitien, Navigap, tous disponibles gratuitement sur Play store.

Hult Prize est l’un des plus grands concours d’entrepreneuriat ouvert aux jeunes étudiants du monde entier. C’est un concours international de projets, organisé par les fondations Hult et Bill Clinton pour les étudiant(e)s afin de trouver des solutions innovantes pouvant sauver des milliers de vie dans une communauté.

 

T.A: Quand a commencé l’aventure à Hult Prize pour vous et votre équipe ? 

 

E.L : L’aventure a commencé pour l’équipe de CITHADD à Hult Prize en novembre 2017 où nous  avons été parmi les trois premières équipes sur notre campus avec notre solution innovante.

 

T.A: Avez-vous imaginé que vous seriez la phase finale?

 

E.L: Bien sûr, depuis la phase d’élaboration de notre projet nous avons vu la faisabilité de notre solution ainsi que les différents avantages qu’elle apporterait au monde entier. Nous savions que notre place était déjà en finale.

 

T.A: Comment le concours Hult Prize vous aide dans votre domaine?

 

E.L: Personnellement, je suis dans le domaine des sciences informatiques, je développe des solutions numériques pouvant aider la communauté mais avec hult prize, j’essaie de lier les énergies renouvelables avec des solutions numériques en utilisant des technologies comme IOT (Internet des objets connectés).

 

T.E.A: Quelles sont les autres équipes qui sont aussi qualifiées pour la grande finale?

 

E.L: Les équipes sont au nombre de 20 et sont de différentes universités du pays. Je peux citer quelques uns comme : Convert-64, Bioddom, Clean, Metha Energy, Greenlight, ESF.

 

T.A:: Haïti, a-t-elle sa chance de remporter le grand  prix?

 

E.L: Je crois honnêtement qu’Haiti a toutes ses chances de le remporter comme n’importe quel pays car les jeunes ont de grandes idées innovantes.

 

T.A: Quel est le projet de votre équipe et en quoi il est innovant?

 

E.L: Le projet de mon équipe CITHADD porte sur la production ainsi que la gestion de l’eau. Une façon innovante d’alimenter les grandes communautés afin de réduire le taux de mortalités hydriques dans le monde entier.

T.A: Avez-vous reçu de supports d’autres développeurs? Si oui, en quoi consistaient ces aides?

 

E.L: Nous avons reçu d’aide de plusieurs consultants de la Banque Interaméricaine de Développement qui nous ont aidés avec le business model car lorsque vous êtes développeurs, la finance ce n’est pas trop votre truc.

 

T.E.A: Comment voyez-vous l’avenir de la technologie en Haïti ? Pensez-vous qu’il y a de l’espoir pour les jeunes à venir?

 

E.L: Comme j’ai l’habitude de le dire à mes collègues, quelqu’un qui fait le choix de travailler dans le domaine de la technologie c’est une personne qui vise haut et peut être le futur Steve Jobs à tout moment car on a la possibilité de produire des solutions pour des gens du monde entier. Malgré que l’État haïtien n’investit pas dans la technologie, je crois fermement qu’il y a de l’espoir et notre équipe l’a prouvé en novembre 2017 lorsque nous  avons représenté Haïti dans un concours technologique en Angleterre qui avait au départ 13 milles 533 participant et nous avons été retenus parmi les 100 qualifiés pour la finale en raison de notre solution innovante.

 

T.E.A: Quel conseil donneriez-vous à un jeune qui d’abord voudrait étudier les sciences informatiques et ensuite souhaiterait participer un jour au concours Hult Prize?

 

E.L: L’un des plus importants conseils que j’aime donner aux gens qui veulent apprendre les sciences informatiques c’est d’avoir ou de cultiver de la passion pour cette science et d’aller toujours au-delà de ce que les professeurs vont vous donner en classe. Vous devez commencer à vous lancer des défis et implémenter des projets depuis votre première année d’études. En prenant des initiatives de ce genre, vous allez constater qu’Hult Prize ne sera qu’une simple formalité pour vous, rien qu’un nouveau défi à relever.

 

T.A: Votre mot de fin 

 

E.L: Toute l’équipe de CITHADD remercie le journal Tech en Afrique de nous avoir donné l’opportunité de parler un peu de cette compétition et nous  espérons son implication et apport dans d’autres activités qu’on participera.

 

 

 

Tech en Afrique souhaite bonne chance à vous et à votre équipe !

 

 

 

Israël JEUNE

 

Related Post

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *