Afrique : Les startups technologiques, dans le viseur de la  Banque mondiale

Afrique : Les startups technologiques, dans le viseur de la Banque mondiale

La Banque mondiale a lancé ce 20 avril, un nouveau programme pour soutenir les 20 startups numériques les plus prometteuses d’Afrique subsaharienne. La Banque mondiale croit et compte investir dans la croissance vertigineuse des startups numériques sur le continent africain. Ce programme baptisé XL Africa, aidera les startups sélectionnées à attirer des capitaux de départ pour un montant oscillant entre 250 000 $, environ  125 000 000  F  et 1,5 million $,  l’équivalent de 750 000 000 F. Elles seront en mentorat auprès d’experts internationaux et locaux, évolueront à travers un programme d’apprentissage sur mesure, amélioreront leur visibilité régionale et accéderont à des investisseurs et partenaires potentiels. A cela s’ajoute offre d’accélération commerciale de cinq mois.

« Les start-up numériques sont des moteurs importants de l’innovation en Afrique. Pour étaler et diffuser de nouvelles technologies et services au-delà des frontières, ils ont besoin d’un écosystème intégré qui donne accès aux marchés régionaux et à la finance mondiale. Les initiatives panafricaines comme XL Africa jouent un rôle essentiel en reliant les start-ups locales aux entreprises et aux investisseurs à travers le continent » a expliqué  Makhtar Diop (photo) ,  vice-président pour la Région Afrique à la Banque mondiale dans un communiqué du groupe.

Abondant dans ce même sens, Klaus Tilmes, Directeur de la pratique mondiale du commerce et de la compétitivité au Groupe de la Banque mondiale a renchérit en ces termes : « XL Africa vise à mettre l’accent sur l’économie numérique croissante du continent en explorant et en soutenant les start-ups technologiques les plus novatrices. Le succès de ces projets créera un effet de démonstration qui peut attirer les investissements de croissance nécessaires dans le secteur et catalyser la mise à l’échelle des entreprises transnationales dans la région ».

Le programme est mis en œuvre  avec des groupes africains d’investissement parmi lesquels le African Business Angel Network (ABAN), AngelHub Ventures, Goodwell Investments, Knife Capital, Nest Africa, Silvertree Capital, Singularity Investments, South African Business Angel Network (SABAN), TLcom Capital, Zephyr Acorn et 4Di Capital, et des partenaires corporatifs, comme Orange, .Eco, Ringier et Thomson Reuters.

Selon un récent rapport de Disrupt Africa, en 2016, le nombre de startups technologiques ayant obtenu un financement a augmenté de 16,8 % par rapport à 2015.

Les entreprises qui veulent participer ont jusqu’au 12 juin 2017. Postuler ici  

 

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!